La tueuse de dragons de Heloise Coté

Publié le 30 Novembre 2020

L'auteur

Titulaire d'un doctorat en fondements de l'éducation de l'Université Laval, boursière du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, Héloïse Côté effectue présentement un stage postdoctoral au Centre de recherche en éthique de l'Université de Montréal, afin de poursuivre ses recherches sur les relations entre l'école et la culture contemporaines tout en poursuivant son travail d'écrivain.

 

Le résumé

« Il y a trois sortes de dragons. Tous crachent du venin, mais les effets varient. Le venin des colossi tue immédiatement, celui des minusi paralyse. Quant à celui des sourni, il brûle comme de l’acide… »
Celle qui parle s’appelle Deirdra. Enfant, elle a échappé de peu aux terribles créatures ; orpheline, elle a été recueillie par un maître-dragon et, dès qu’elle l’a pu, c’est ce qu’elle est devenue : une tueuse de dragons. Mal embouchée, têtue, le visage balafré, Deirdra ne possède que son épée pour terrasser l’ennemi et ses dagues pour demeurer en vie. Et quand elle en a, elle troque tout son or contre de la dragonne, cette drogue grâce à laquelle les tueurs de dragon voient leur courage décuplé, oublient leurs douleurs et supportent leur marginalité au sein de ce royaume pourri qu’est l’Austrion.
Or, c’est connu qu’on meurt jeune quand on pourchasse les monstres, et la vie peut être encore plus courte quand la soldatesque nous suspecte – à tort ! – d’avoir assassiné des devineresses, ces folles qui ont prédit à Deirdra que le bonheur serait à sa portée lorsque la quête d’Ubad, le premier tueur de dragons, serait achevée.
« Voilà une prédiction pour le moins ridicule ! » pense la tueuse, qui ne voit guère comment sortir vivante du pétrin dans lequel elle est embourbée… et ne peut croire à la venue d’un jour où il ne resterait plus de dragons à tuer !

 

Mon avis

 

Un bon roman de fantasy avec de l'action et des personnages attachants. On découvre ce monde où la menace plane sous la forme de dragons. Mais contrairement à ce qu'on pourrait songer cux qui s'attachent à affronter cette menace les tueurs de dragons sont rejetés de la société. La jeune Deirdra en a fait les frais et alors qu'elle voudrait uniquement faire son travail elle se retrouve mêlée à une vraie lutte de pouvoir entre différents seigneurs qui tous veulent la même chose régner sur ce monde...

Un monde vraiment bien pensé dans lequel on se plonge sans mal.

Un point cependant : ce livre évoque la pédophilie parfois assez explicitement donc ne pas le laisser dans les mains d'un public trop jeune...

Rédigé par poet24

Publié dans #culture

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article